Ryth Kesselring receives the Prix numérique Culture Montérégie

Culture Montérégie et ses partenaires sont très fiers de dévoiler les lauréats de la 19e édition des prix en arts et culture de la Montérégie. Cette soirée virtuelle et télévisuelle, qui s’est déroulée le 8 juin dernier, animée de main de maître par l’auteur-compositeur-interprète Émile Bilodeau, a permis de décerner quatre prix prestigieux et 16 000 dollars en bourses : Karoline Georges a obtenu le Prix du CALQ – Artiste de l’année en Montérégie, Kassandra Reynolds a remporté le Prix relève Culture Montérégie – La Fabrique culturelle, Nicolas Boulerice a décroché le Prix patrimoine Culture Montérégie et Rythâ Kesselring est la lauréate du Prix numérique Culture Montérégie – TVRS – Blimp Télé.

Vous pouvez écouter à nouveau le gala ici.

Encore une fois cette année, en raison de la pandémie et des mesures sanitaires, la soirée a été enregistrée dans les studios de Télévision Rive-Sud et diffusée simultanément sur TVRS et sur le site internet de Culture Montérégie. Outre le dévoilement des gagnants, les spectateurs ont eu droit à une performance de l’artiste originaire de la Montérégie, Alex Burger venu interpréter sa chanson Sweet Montérégie et à un vibrant hommage à notre nouveau membre honoraire André Michel pour sa grande contribution à la culture d’ici. Sous le thème, Soyons fiers de nos richesses culturelles en Montérégie, cet événement a été un moment privilégié pour remercier les artistes, auteurs, travailleurs culturels et partenaires pour leur contribution à la vitalité de la Montérégie. Soyons fiers de ces femmes et de ces hommes qui, grâce à leur talent, font rayonner la culture d’ici.

Prix numérique Culture Montérégie – TVRS – Blimp Télé : Rythâ Kesselring (MRC d’Acton)

Rythme Textiles est un projet de recherche création qui analyse le potentiel sonore du travail textile en relation avec le rythme de travail de l’artisan. Le projet est composé de deux tissages de 3.5 mètres de long; le premier est muni de capteurs de lumières ainsi que de haut-parleurs textiles composés d’une spirale de fil d’argent et d’un aimant intégré au tissage. Le deuxième utilise des stratégies de structure pour représenter le mouvement du rythme de travail telle une partition graphique inspirée de Iannis Xenakis ou John Cage.

« Un grand merci à tous ceux qui m’ont aidé dans la réalisation de mon projet. La Maison des métiers d’arts du Québec, l’Université Concordia, la MRC d’Acton et mes deux professeurs qui m’ont appris tout ce que je sais en électronique et sonorisation. »

–  Rythâ Kesselring

Le jury a mentionné unanimement qu’il aimerait recevoir plus de projets comme celui de Rythâ. Elle valorise le geste patrimonial de tisser et le rend numérique. Il a également apprécié la liaison de deux univers improbables en donnant à l’art numérique, une matérialité.

Plus d’information

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s